Dis (continuite) pedagogique

Je reproduis ci-dessous le courrier envoyé par

À peine confiné∙es, la plupart des enseignant∙es ont reçu des injonctions à un nouveau principe : celui de « continuité pédagogique ». Très agité par l’enseignement secondaire et son ministre, ce principe d’un nouveau genre l’a également été par la plupart des présidences d’université. Après quelques heures de sidération et d’adaptation, il a semblé évident à nombre d’entre nous que nous devions prendre la mesure de l’exceptionnel qui nous arrivait, mais aussi de la névrose collective dont nous étions atteint∙es. Quand bien même nous sommes des êtres de savoir et de désir de transmettre, il est aussi temps d’analyser la mise en pratique de notre confinement comme enseignant∙es, comme candidat∙es aux concours, et comme êtres humains.

Comment conserver le lien pédagogique, en se préoccupant de la bonne transmission des savoirs, mais aussi et d’abord en prenant soin des étudiant∙es et de nous-mêmes ? Des enseignant∙es-chercheuses ont fait part de leurs propositions, de leur désarroi aussi et de leurs questions sans réponse ; la discontinuité de l’enseignement en prison rend plus manifeste encore les inégalités qu’exacerbe la pandémie ; d’autres ont refusé de mettre la « charrue avant les bœufs » et de prendre le temps de réfléchir. Julien Gossa propose, quant à lui, un plan de (dis)continuité pédagogique radical.

Rapidement, les propositions de mise en commun, d’écoute – par exemple, des étudiant∙es étrangers à Paris – de mise en œuvre d’outils d’accès, ont été rendu disponibles : Academia en a fait une collection « Confinement Covid-19 : liberté, égalité, solidarité ». Nous avons aussi enrichi la collection « Plutôt en rire », en espérant détendre l’atmosphère.