Archives par mot-clé : catégories

Le « genre », concept voyageur.

varikasEtudes culturelles ? Etudes sociocritiques ? Etudes de genre? Etudes ibéro-américaines? Etudes… etc?

On me demande à plusieurs reprises: quelle est ma discipline? à quel domaine j’appartiens? Par exemple, lors de la création de ce carnet, lors de questionnaires sur la recherche, lors de mon inscription en thèse, lors des formations de mon école doctorale, lors de situations de recrutement, lors de la vie quotidienne, etc. Dans quel domaine… Je réponds en général « espagnol » car effectivement je dépends du département d’études hispaniques et hispano-américaines mais je ne peux m’empêcher de croire que je n’ai pas… tout dit.

Il est vrai que dans d’autres pays la catégorisation est différente et que ma démarche épistémologique aurait été plus claire, mais cette catégorisation en disciplines invisibilise des aspects centraux de mon travail qui se retrouvent ainsi neutralisés de manière quasi imperceptible par le mécanisme implacable de la catégorisation.

Il me semble que c’est ce qu’exprime Eleni Varikas  dans son ouvrage Penser le sexe et le genre :

« A défaut de se repérer avec une aisance d’indigène dans les sinuosités des découpages académiques et disciplinaires dont les contours se meuvent au gré des déplacements, on pourra se contenter de méditer sur leur contingence, tenter de relativiser leurs présupposés, éventuellement faire d’une situation de fait – le fait de se situer à la croisée de plus d’une discipline ou « culture » – une vocation. »

Varikas évoque ici le genre et le considère comme un concept « voyageur » à la croisée des disciplines; à l’heure de la montée en puissance du numérique aui ignore en quelque sorte les portes des départements, il serait intéressant de questionner ces catégories afin de laisser de l’espace à de nouveaux paradigmes scientifiques, à exposer certains « procédés d’abstraction qui accordent aux catégories scientifiques leur validité universelle. » Varikas invoque la théorie d’Adorno qui reprochait justement la tendance des sciences sociales au cloisonnement et à la sacralisation :

« les sciences humaines trahissent en effet « la promesse faite à l’esprit humain » quand elles traitent ces fragments de l’universel comme « contingents, insignifiants et irrationnels » ou, pire, quand elles classent l’injustice sociale « dans la catégorie des faits bruts », inaccessibles aux jugements de valeur. »

Il me semble que cette critique adressée à « l’objectivité » des sciences sociales rejoint les travaux de Donna Haraway ou de Elsa Dorlin par rapport aux savoirs situés et à la recherche d’une autre objectivité. Faut-il en conclure que l’on doit se défaire de l’idée que la science ne supporte pas les jugements de valeur? En tout cas, et en ce qui concerne le concept de genre,  l’exemple que donne Varikas à propos des effets abusifs de la périodisation et du cloisonnement me semble extrêmement pertinent et montre vers quelle direction peut évoluer l’objectivité:

« rassembler et mettre en rapport ces morceaux épars d’expérience dans lesquels s’exprime la matérialité des rapports entre hommes et femmes amène en effet à repenser les présupposés implicites qui fondent les frontières des disciplines. En témoigne, par exemple, le présupposé qui fait de l’échange des femmes un concept pertinent de l’étude des sociétés primitives – constituant le terrain de l’anthropologue -, mais paraissant déplacé, voire polémique sous la plume de l’historien des sociétés modernes et contemporaines. En réalité ce qui le rend impertinent, ce n’est pas son inadécquation à l’étude de phénomènes modernes comme par exemple l’accumulation du capital ou la formation des bourgeoisies et des élites professionnelles en Europe, mais plutôt le fait qu’il contredit le préjugé progressiste selon lequel de tels pratiques sociales, incompatibles avec la liberté des modernes, appartiennent à des formations archaïques et ne sont point constitutives de la modernité. L’analyse politique de l’antagonisme ses sexes se heurte immanquablement à l’image que la modernité se fait d’elle-même, au « mythe de la rupture » […] »

Dans quelle mesure peut-on repenser ces « territoires disciplinaires bien gardés », dans quelle mesure s’agit-il d’une position consciente de chaque acteur/actrice? Comment peut-on réflechir à de nouveaux paradigmes de pensée? Sont-ils nécessaires? Mais si nous pensons au manque de reconnaissance des études de genre ou des études postcoloniales par rapport aux pays américains (du Sud ou du Nord), et des effets que cela produit dans la vie sociale, économique et politique, il y aurait du grain à moudre…

Penser l’émancipation en réflechissant aux concepts qui nous paraissent évident, une vidéo avec Eleni Varikas.