Le magnolia

Quelques mots sur le magnolia, à l’ombre duquel je travaille actuellement dans le cadre de mon doctorat sur la littérature de science-fiction, et plus précisément sur l’œuvre d’une écrivaine féministe argentine, Angélica Gorodischer (Buenos Aires, 1928).

Il s’agit, je l’avoue, d’un objet qui peut paraître à première vue assez original, voire inopiné ou même fantaisiste : la réaction spontanée d’un interlocuteur non averti tend spontanément à rejeter la légitimité – académique ou non – de mon objet de recherche ou en lui accordant un statut inférieur (science-fiction, féministe, pays du Sud). Je propose de voir en ce processus quasi-inconscient de marginalisation de ce type de production une des contradictions majeures du cadre herméneutique largement partagé par le sens commun mais également par une grande partie des sciences humaines et sociales.

Afin de mettre au jour et de dépasser cette contradiction, j’adopte, dans le cadre de ma thèse, une approche combinant littérature et sciences sociales dans l’esprit de la sociocritique pratiquée en France à partir des années 60 (cf. également les études culturelles développées à la même période en Angleterre). Je ne saurais en effet me limiter à une analyse qui serait d’ordre strictement littéraire, l’appareil critique canonique étant le produit de normes sociales et de concepts qui sanctionnent la validité des énoncés en déniant les rapports de pouvoir qui les soutiennent. Je ne peux pas, inversement, me cantonner à une analyse qui serait strictement historique ou purement sociologique, et qui ignorerait les mécanismes proprement textuels et discursifs qui font la richesse de l’œuvre étudiée.

La démarche que j’entreprends avec ce carnet consiste ainsi à susciter l’intérêt et la discussion sur les théories du genre, en particulier en ce qui concerne la littérature de science-fiction, qui possède la particularité de produire des univers utopiques, critiques et réflexifs, qui remettent en question tant les processus de hiérarchisation reposant sur le genre (littéraire ou social), la couleur de peau ou la classe sociale.

Comment ces productions culturelles ont-elles conduit et conduisent encore vers un questionnement des fondements de la recherche scientifique, bousculant certaines de nos certitudes épistémologiques, mettant au jour de nouveaux objets scientifiques, participant au renversement et à la création de nouveaux paradigmes (cf. le cyberféminisme de Donna Haraway, par exemple) ? Comment l’étude d’une œuvre littéraire, au-delà de son intérêt esthétique, peut mener à l’analyse et à la remise en question de phénomènes sociaux qui « vont de soi », à comprendre et à historiciser certains mécanismes de domination rendus invisibles par la culture dominante ?

Les fruits du magnolia apparaissent dans la première nouvelle de SF de Angélica Gorodischer, L’abécédaire du Rif. Fruits, légumes et graines qui vont germer dans ses autres livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *