Imposture intellectuelle ou naiveté innocente?

Quand la psychologie qui est de « Femme actuelle », « Jeune et Jolie », « Etudiants Mag » créé des effets pervers, s’agit-il juste d’une naiveté innocente, d’une posture intellectuelle répondant à des besoins empiriques ou tout simplement d’un déni d’une réalité trop dure ou naturalisée pour être remise en question.

Aujourd’hui, en signant une pétition contre le racisme sur change.org, on m’a proposé de signer celle-ci, qui provient du site ivg-net, et qui soi-disant prétend informer sur l’IVG mais qui est très troublante:

http://www.change.org/fr/pétitions/aux-ministres-touraine-vallaud-belkacem-après-les-affaires-médiator-et-pilules-3g-ne-faites-plus-de-négationnisme-sur-l-ivg-et-arrêtez-de-museler-vos-opposants

Cette pétition vise à faire culpabiliser les gens sur l’IVG en pratiquant la désinformation. Elle est signée par des gynécologues et des psychologues (notamment Sophie Marinopoulos) qui ne prennent pas de recul par rapport à leur travail: « Nous voyons chaque jour dans nos consultations des femmes qui nous disent leur souffrance psychologique et leur mal-être parfois de nombreuses années après ». La souffrance psychologique est bien réelle mais ces médecins n’imaginent même pas qu’elle puisse provenir des tabous liés à l’IVG et qui créent de la souffrance.

Je trouve, d’un point de vue « études culturelles », que les images contenues sur le site sont effarantes. Elles montrent un modèle de « femmes jeunes », belles et maquillées, avec une coiffure bien soignée (je me demande combien cela coûte d’avoir une coiffure pareille). Ce site, qui prétend donner une solution, « joue sur la peur et la dés­in­for­ma­tion ». Pour mettre en perspective:

http://blog.jevaisbienmerci.net/informations/attention-desinformation/attention-desinformation/

Ainsi, « je vais bien merci », au titre drôle qui veut tout dire et dans l’optimisme, recommandeconsulter plutôt le site officiel et l’explique dans ce post http://blog.jevaisbienmerci.net/2013/09/1359/

Je concluerai en citant Elisabeth Badinter qui parle sur un autre registre :

« La « mystique féminine » que Simone de Beauvoir a tant dénoncée renaît insidieusement […], cette fois sous la plume de femmes qui se disent féministes. Récemment, à l’occasion du débat sur la parité, on a pu réentendre l’éloge immodéré des soi-disant caractéristiques féminines (altruisme, pacifisme, dévouement) et la condamnation des intellectuelles beauvoiriennes, traîtres à leur sexe et à leur mère, bref les viragos d’antan. […]
À l’époque, ces attaques étaient essentiellement masculines et la nouvelle génération de femmes se sentait solidaire de Simone de Beauvoir. Aujourd’hui, les mêmes propos tenus par un courant du féminisme ont un côté valorisant et rassurant pour toutes celles en quête d’identité. Ils peuvent même convaincre une génération de filles qui ont vu leurs mères féministes s’épuiser dans des combats dont elles sont les premières bénéficiaires. »

Et elle conclut:

Le conformisme est de retour ; mais, incarné par des femmes, il peut se révéler plus redoutable encore, notamment pour celles qui ont vingt ans aujourd’hui. C’est pourquoi la lecture du Deuxième Sexe me paraît plus nécessaire que jamais, non seulement pour retrouver un modèle de combativité et d’indépendance d’esprit, mais parce qu’à ce jour je ne connais pas une philosophie plus libératrice pour les femmes que celle qui préside à cet ouvrage. »

Je rajouterai que cette lecture est aussi intéressante pour les sujets mâles mais également pou d’autres groupes de personnes qui critiquent le discours doxique.

PS

L’image, tirée de Juno, est révélatrice. Mais je ne sais pas trop comment l’interpréter.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *